Lire et comprendre l’étiquette de ses granulés

Une analyse nutritionnelle figure parfois sur les paquets de granulés. Si votre paquet ne donne pas ces indications, méfiez vous, il n’est peut être pas bien adapté aux besoins de votre lapin. Toutefois, même avec des taux indiqués, l’aliment peut être mal adapté à votre lapin (les besoins varient avec l’âge et tous les granulés ne sont pas bien dosés).

Quatre valeurs sont généralement indiquées : protéines brutes, matières grasses, cellulose brute et cendres brutes. On y trouve parfois aussi la teneur en vitamines et de certains minéraux (calcium et phosphore) et éventuellement l’humidité. En rajoutant à ces « ingrédients » la teneur en glucide, l’ensemble fait 100 %.
Mais qu’est ce que tout cela veut dire et à quoi servent-ils ?

Pour en savoir plus sur les taux minimaux, maximaux et recommandés, lisez l’article « Quels granulés pour mon lapin ? »

Les protéines brutes

Les protéines brutes sont des protéines, de l’azote, de l’ammoniac, des acides aminés et des nitrates. Elles servent à construire ou entretenir l’organisme (os, poils, yeux, muscles, etc). Elles fournissent également de l’énergie.
Elles viennent pour partie des céréales, mais surtout des tourteaux (de soja par exemple) et des protéagineux comme les pois et la luzerne.

Le taux de protéine indiqué est un minimum, à 1 % près. Pour mieux faire, il faudrait pouvoir distinguer les protéines contenues dans l’aliment. En effet, le lapin a besoin de protéines vraies (pas des nitrates, azote et ammoniac), de qualité et variées qui ne sont pas toujours dans les granulés. Il a besoin de 12 acides aminés indispensables : arginine, histidine, leucine, isoleucine, lysine, thréonine, tryptophane, valine, phénylalanine et tyrosine, méthionine et cystine.
Un aliment équilibré en acides aminés indispensables est toujours consommé en plus grandes quantités qu’un mauvais aliment.

Les matières grasses

Les matières grasses sont à limiter, mais doivent être présentes car elles sont utiles pour toutes les cellules (peau et poils notamment). Elles apportent également de l’énergie.
On en trouve surtout dans les tourteaux (maïs, colza ou tournesol).

La cellulose brute

La cellulose peut être soit digestible soit non digestible (cela dépend de sa nature, de sa provenance). Indigestible elle est indispensable au lapin car elle permet d’encombrer son tube digestif qui a besoin d’être assez rempli pour bien fonctionner. Elle constitue le lest indispensable à une bonne digestion, permet l’entretien d’une bonne flore digestive et met donc le lapin à l’abri des soucis digestifs.
Si la cellulose est digestible, elle apporte alors de l’énergie et ne remplit plus son rôle de lest.
La cellulose peut venir des céréales (notamment l’avoine et l’orge), de leur paille, ou de la luzerne (principale source) et est alors indigestible. Lorsqu’elle vient de la pulpe de betterave elle est alors digestible et donc à limiter.
Le taux indiqué est le maximum présent.

Les cendres brutes

Les cendres brutes sont ce qu’il reste quand on brûle les granulés, c’est à dire tout ce qui n’est pas organique. Ce sont donc tous les minéraux contenus dans les granulés. Selon leur nature (calcium, potassium, magnésium, phosphore, fer, sodium, oligo-éléments, ou silice, argile, limon, etc.), ils ne servent pas à la même chose. Certains vont être utiles pour le squelette (comme le calcium, le phosphore et le magnésium), d’autres pour les cellules, les nerfs, les muscles (qui ont besoin d’un peu de tout). Ils peuvent même avoir un rôle sur les réactions enzymatiques et le transit intestinal. D’autres ne vont pas avoir d’intérêt pour la digestion (les minéraux comme la silice, l’argile ou les limons, qui sont des particules de terre).

Les vitamines

Les vitamines sont indispensables. Elles interviennent dans le fonctionnement général de l’animal ainsi que dans certains métabolismes. L’organisme sait fabriquer certaines vitamines, si on lui apporte ce qu’il faut (par exemple le lapin sait fabriquer de la vitamine C, contrairement au cochon d’inde), mais certaines vitamines ne peuvent pas être fabriquées. C’est alors l’aliment qui apporte ces vitamines indispensables.
Les besoins en vitamine sont constants selon le stade du lapin (à quelques variantes près). Il faut apporter au lapin les vitamines : A, D et E, voire K, B1, B2, B6 et B12.
En sèchant et vieillissant, les fourrages et granulés peuvent perdre de leurs vitamines. Certains granulés sont donc enrichis en vitamines, pour en apporter plus que ce que les granulés contiennent normalement. La date limite de consommation des granulés garantit entre autre la teneur en vitamines du produit.

L’humidité

L’humidité correspond à la quantité d’eau contenue dans les granulés. Elle n’est pas toujours donnée, sauf pour les granulés « frais », avec une humidité assez importante.
Lorsque le taux est indiqué il s’agit d’une valeur maximale.
Plus l’humidité est grande, moins les granulés se gardent bien. Généralement les granulés (et les grains) ont une humidité inférieure à 14 % (11-12 % est une bon taux). A partir de 13 % d’humidité, les granulés peuvent moisir, notamment en été, et doivent donc être consommés rapidement et jettés s’ils présentent des traces ou odeurs de moisissure.
Il est important de garder les granulés dans un lieu sec et même dans une boite hermétique pour éviter qu’ils ne s’hydratent, ne se gardent moins bien et deviennent impropres à la consommation.

Les glucides

Leur taux est rarement donné dans les paquets. On peut toutefois le calculer puisqu’il correspond au reste de la composition des granulés. Les granulés sont donc très riches en glucides, c’est à dire en sucres (autour de 35 %). Ils peuvent être de différentes sortes (glucose, fructose, galactose, amidon, etc.), plus ou moins dur à digérer, et donc plus ou moins rapidement assimilés.
Ils sont indispensables. C’est la meilleure source d’énergie de l’organisme, la plus facile à utiliser. Mais comme pour tous les « ingrédients », il n’en faut pas trop. Des granulés riches en glucides vont être pauvres en autre chose et donc mauvais pour le lapin.

Les ingrédients

Les ingrédients sont souvent les mêmes : luzerne, blé, orge, son, maïs, avoine ou autres céréales, touteaux de tournesol ou soja, produits d’origine végétale (betterave par exemple).
Ne prenez jamais des granulés avec des produits animaux (graisses ou protéines).
Ne prenez pas non plus des granulés avec des ingrédients tels que : arachide, cacao, pomme et raisin. Ils peuvent être dangereux pour votre lapin (présence de flavotoxines, de pollution fongique, bactérienne ou chimique).
La luzerne est souvent utilisée car elle apporte à la fois des protéines et de la cellulose indigestible. Toutefois, elle est souvent très riche en calcium et en potassium, il est donc impératif de la restreindre pour éviter des problèmes tels que les calculs urinaires ou les néphrites (chez les mères). Des granulés contenant 30 % de luzerne sont acceptables, plus de 40 % est un taux trop élevé.