La croissance des lapereaux : de 0 à 2 semaines

Après la naissance (cf. article) les bébés lapins grandissent très vite, profitez de chaque jour pour les observer et les regarder grandir.

J+1 : Laissez moi m’en occuper seule

– les bébés –
Si vous voyez un de mes frères ou soeurs hors du nid, remettez-le dedans (il pourrait mourir de froid, le duvet commence tout juste à sortir)… il est sûrement resté accroché à une mamelle alors que maman partait ! Mais remettez-le sans laisser votre odeur dessus ! Suivez bien les instructions (cf. article la naissance).

– la maman –
Je dois avoir fait ma toilette et nettoyé les traces de la mise-bas, mis mes petits dans un nid bien douillet et fermé et les avoir nourrit. Attendez encore une journée pour vérifier que tout va bien, ne les touchez pas et éloignez moi si vous voulez les approcher. Je les nourris une seule fois par jour, debout, en 5 minutes. Je m’approche du nid, le ventre légèrement en U, ils arrivent, et quand je pars ils retournent au chaud dans le nid. Ne vous inquiètez donc pas de ne pas me voir avec.

J+2 : Vérifiez avec les yeux que tout va bien, nettoyez juste mes WC

– les lapereaux –
Parfois certains d’entre nous meurent. C’est la dure loi de la nature. Parfois maman n’a pas de lait, nous mourrons alors de froid et de faim en 3 jours. C’est peut être aussi parce que nous ne sommes pas nés assez forts. Si nos parents sont nains (pas des faux nains d’animalerie), la génétique fait qu’un petit sur 4 est un double nain. C’est le plus petit du lot, de loin, une demi portion. Malheureusement pour lui, il ne vivra que quelques jours … il est trop petit, et même bien nourrit il n’est pas assez fort pour survivre. Au mieux un double nain vivra quelques mois. Il peut aussi y avoir un bébé lapin non nain (1/4 de chance également) qui grossira plus vite que les frères et soeurs nains.

– la maman –
Je ne dois plus laisser de traces de sang. Si c’est toujours le cas, il faut demander conseil à mon vétérinaire (pour qu’il vérifie que je n’aie pas d’infection ou de plaie).
Pour savoir si j’ai du lait, vous pouvez regarder mes mamelles. Si elles sont dégagées et si le poil autour est un peu collé ou écarté, c’est bon signe. N’essayez pas de faire sortir du lait en pressant mes mamelles, ça ne sort que si je le décide et je garde le lait pour mes petits, pas pour vous ! Vous pouvez aussi jeter un coup d’œil dans mon nid (toujours avec de grandes précautions comme je vous l’ai déjà expliqué) pour vérifier que les petits grossissent bien et sont bien ronds. Ils prennent entre 5 et 10 gr par jour (suivant que les parents soient nains ou non : nain = oreilles droites minuscules, de 1,5 kg maximum, ou oreilles tombantes de 2 kg maximum).
Il ne doit pas rester de morceau de placenta, le nid doit être propre, enlevez-les si nécessaire. Nettoyez mon coin WC, je le salis très vite avec tout ce que j’avale !

J+3 : Tout le monde mange

– les lapereaux –
Nous continuons de grossir et de téter (avec des dents !).

– la maman –
Je mange et boit toujours beaucoup, laissez moi tout à volonté et surveillez bien le biberon qui descend vite !

J+4 : Du duvet recouvre notre corps

Je serai blanc et gris foncé

Je serai blanc et gris foncé

– les lapereaux –
Notre peau révèle la couleur de notre poil. Ils apparaissent et recouvrent tout notre corps comme un fin duvet de velours. Des pellicules peuvent apparaitre sur notre corps. Elles disparaitront en quelques jours. Nous faisons le double de notre poids de naissance (50-60 gr pour des parents de 2 kg).

J+5 : Nous creusons des galeries sous le foin

Nous grossissons toujours et notre poil grandit. Nous remuons beaucoup et creusons des tunnels dans le foin, ça détruit le nid. Vous nous apercevez plus facilement, mais nous restons cachés et au chaud. Vous pouvez déterminer qui est le dominant de la bande, il est au centre du nid, avec ses frères et soeurs tout autour pour le garder au chaud. Plus nous sommes à l’extérieur du « tas de lapereaux » plus nous sommes dominés.

J+6 : Nos premiers pas

Un gros noir et blanc (le dominant, au centre), le gris foncé et blanc (en haut), un gris pâle et blanc (en bas à droite) et un autre noir et blanc tordu en bas à gauche

Un gros noir et blanc (le dominant, au centre), le gris foncé et blanc (en haut), un gris pâle et blanc (en bas à droite) et un autre noir et blanc tordu en bas à gauche

Notre maman ne nous rajoute plus de ses poils, mais les nôtres poussent bien et gardent la chaleur. Nous avons du poil sur la queue, nous ressemblons plus à des lapins. Nous dormons encore beaucoup et nous cachons toujours dans notre réseau de galeries. Quand le soir tombe, nous sortons à tour de rôle pour explorer le dessus du foin et vous pouvez alors en profiter pour voir nos belles robes.

Nous sommes encore patauds quand nous marchons. Nous tombons d’un côté, de l’autre… c’est rigolo ! Et après avoir fait prendre l’air à nos petites fesses, nous rentrons à l’abri et au chaud !

J+7 : De plus en plus actifs, nous détruisons le nid

Nous sommes de plus en plus actifs dans le nid, en pleine forme ! Nous creusons et nous tortillons dans tous les sens. Nous faisons le tour du nid à l’aveugle, du coup vous nous voyez plus facilement, mais nous retrouvons toujours le chemin du nid. Nous nous chamaillons également pour téter et pour dormir sur tous les frères et soeurs. Nous devenons plus agiles et nous arrivons presque à nous gratter ou nous laver sans tomber (on tient debout quelques secondes…). Maman est encore nerveuse quand elle vous voit approcher car elle s’inquiète encore pour nous. Elle peut vous chasser (en tirant le pantalon, en grattant votre pied ou en grognant) si vous vous approchez trop près.

Nous sommes bien larges, nous ressemblons à des lapins miniatures presque entièrement velus, avec une belle petite tête et des belles oreilles encore plaquées sur le dos. Nous avons bien grossi et faisons 10-12 cm de long (pour une portée de 6 bébés lapins, futurs lapins de 2-3kg adulte).

J+9 : Plus gros et grands, maman mange beaucoup pour faire du bon lait

Nous faisons 3 fois le poids de notre naissance (80-90 gr pour des parents de 2kg). En plus de la catégorie de poids de la race adulte (naine, petite, moyenne, géante), notre poids dépend à la fois de notre potentiel personnel de croissance (notre poids de naissance, nos gènes, notre vivacité et notre appétit) et de l’aptitude à l’allaitement de notre maman (quantité de lait produite). Maman (de 3kg avec 6 petits) boit 4 fois plus que quand on n’était pas là, elle descend 500 ml chaque jour ! Elle mange 4 fois plus aussi (2 poignées, 4 fois par jour). Nous aussi on a une sacrée descente, nous tétons 5 minutes non stop quand maman vient nous donner à boire (vous voulez voir la vidéo d’une tétée ? c’est par ici). Alors on grandit bien… et le bac à litière est à nettoyer tous les jours.

J+11 : Très dynamiques et intrépides, nos yeux vont bientôt s’ouvrir

Notre poil fait 5 mm. Nous courons et sautillons de mieux en mieux en nous cognant contre les bords, mais ça ne nous arrête pas ! Nos yeux peuvent commencer à s’ouvrir, tout doucement, progressivement. Notez le jour où le premier d’entre nous ouvre ses yeux, nous devons tous les ouvrir tous à moins de 2 jours d’intervalle. Si l’un d’entre nous a du retard, il se peut qu’il ait un problème et qu’il faille intervenir.

J+12 : A la découverte de la cage, nos oreilles se décollent

Certains d’entre nous commencent à avoir les oreilles qui se décollent, qui se dressent ou qui tombent (pour les béliers très précoces), c’est plus pratique pour écouter ce qui se passe autour de nous ! Intrépides, nous sortons du nid ! Nous escaladons, courons et ne chancelons presque plus en marchant. Les plus précoces iront parfois loin du nid, même les yeux fermés. Nous visitons le coin WC de maman et on comprend déjà à quoi ça sert ! Mais si on ne retourne pas dans le nid, maman ne nous y remet pas forcément, elle doit penser qu’on est maintenant assez grand… mais nous sommes tout petits.

Nous sommes toujours en groupe, blottis les uns contre les autres, à se lécher  téter, papouiller ou à courir. Tout seul je suis perdu ! Maman se méfie moins pourtant, elle vous laisse approcher (mais pas trop longtemps, elle veille et elle peut même tirer le bas de votre pantalon pour vous faire comprendre qu’il est temps de partir…). Elle peut nous donner la tétée en votre présence !

Des fois on joue tellement qu’on ne s’aperçoit pas tout de suite que maman est là. Mais si l’un d’entre nous détecte l’odeur du lait, on rapplique tous vite fait et on se met sur le dos pour téter, sinon il faudra attendre le prochain repas… Maman part sans prévenir et nous laisse les 4 fers en l’air ! On téterait bien plus longtemps nous ! Alors des fois on la poursuit pour continuer le festin, mais elle n’est pas d’accord.
Il faut laisser de la place à notre maman pour qu’elle puisse se mettre dans un coin hors de notre portée, sinon on va tout le temps la harceler pour manger et elle pourrait s’énerver. Maman peut encore avoir de la diarrhée le matin… mais les médicaments n’y font rien, il faut attendre qu’on mange de nous même pour que maman mange moins et que tout rentre dans l’ordre.

J+14 : Nous sortons et visitons toute la cage ? Nettoyez notre nid

Nos yeux sont maintenant ouverts (ou ne vont plus tarder). Nous faisons les petits fous, de jour comme de nuit, en courant les uns après les autres. Vous pouvez nettoyer notre cage entièrement et remettre du foin bien frais à la place de notre vieux nid. Vous pouvez aussi nous peser et prendre de belles photos de nous. Mais ne nous manipulez pas trop longtemps et faites attention nous glissons comme des anguilles, ne nous faites pas tomber (gardez nous près du sol) ! Nous faisons 4 fois le poids de notre naissance (100-120 gr pour des parents de 2 kg).

J+15 : Les tétées durent moins longtemps

Nous continuons d’explorer et commençons à mordiller ce qui nous entoure (surtout le foin).
Nous avons besoin de plus en plus de lait pour grandir, mais maman ne va bientôt plus pouvoir produire plus de lait. Du coup on vide plus vide les mamelles et la durée de la tétée réduit lentement mais régulièrement. Elle dure maintenant moins de 4 minutes.

Et après 2 semaines ? Une autre vie commence, par ici la suite